La spectatrice responsable de la chute du Tour de France a été jugée le jeudi 14 octobre à Brest

spectatrice responsable de la chute du Tour de France

Le Tour de France reste à ce jour la course cycliste la plus célèbre du monde. Il draine à chaque édition des milliers de supporters au bord des routes et des millions de téléspectateurs. Malheureusement, il est parfois le théâtre d’accidents ou de chutes impressionnantes. Le tour de France 2021 n’a pas dérogé à la règle avec une première étape inoubliable. Une spectatrice a causé en effet la chute d’une grande partie du peloton grâce à sa pancarte. Une scène qui a déclenché une véritable furie médiatique. La responsable a été jugée pour ce malheureux incident le 14 Octobre 2021. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la spectatrice responsable de la chute du Tour de France. 

Qui est la femme responsable de la chute ?

La jeune femme responsable de l’incident lors de la première étape du Tour de France a 31 ans. Elle habite dans le Nord-Finistère. Il s’agit d’une citoyenne exemplaire qui ne possédait pas de casier judiciaire avant cet incident. Elle se décrit d’ailleurs comme quelqu’un de discrète au quotidien. 

Elle ne possède pas aussi un emploi actuellement. Grande passionnée de la course, elle s’est rendue au bord de la route munie d’une pancarte en compagnie de son partenaire. Le message inscrit sur la pancarte était “Allez Opi-Omi”. Ce qui est la traduction allemande de grand-père et grand-mère. 

Il s’agissait en effet d’un mot affectueux pour ses grands-parents fidèles téléspectateurs du Tour de France. La grand-mère de la jeune femme étant d’origine allemande. Malheureusement, tout ne s’est pas déroulé comme prévu avec la survenue de la chute du peloton. 

Après avoir pris la fuite du lieu de l’accident, elle est allée se rendre quelques jours plus tard au commissariat de sa région. Un appel à témoin lancé préalablement faisait d’elle une des personnes les plus recherchées de France. Elle a alors expliqué son attitude par un état de choc et une peur liée à l’impact médiatique. 

Elle a ensuite été détenue de façon provisoire avant d’être relâchée dans l’attente de son procès. La jeune femme a tenu à rappeler à toutes les intentions nobles derrière sa présence au bord de la route avec une pancarte. 

Elle a tenu aussi à présenter ses excuses expliquant avoir été prise de panique devant l’engouement suscité par la chute spectaculaire. Elle précise aussi qu’un sentiment de honte l’anime pour avoir été responsable d’un tel incident. Elle a déclaré qu’elle regrette profondément son acte irresponsable. 

Comment s’est déroulé l’incident ?

Le samedi 26 juin 2021 se déroulait la première étape du Tour de France 2021. La course passait entre les villes de Brest et de Landerneau. Les coureurs roulaient à 45 kilomètres environ de la ligne d’arrivée lorsqu’une chute massive se produisit. La commune de Sizun a été témoin de l’incident. 

Une femme agitant une pancarte cartonnée a occasionné l’arrêt du peloton. La responsable montrait fièrement son message destiné à ses grands-parents à la caméra. Elle avait le dos tourné et n’avait pas vu arriver le peloton. C’est le coureur allemand Tony Martin qui est entré en collision avec la pancarte de la spectatrice. 

Ce contact à vitesse importante a entraîné une cascade de chutes au sein du peloton. Plusieurs abandons ont d’ailleurs découlé de cet incident. La spectatrice a également été légèrement blessée dans l’accrochage. Mais paniquée par l’étendue des coureurs à terre, elle a fui avec son compagnon. 

Devant l’absence de prise de responsabilité de cette femme, un appel à témoin a été instauré. Il devait permettre aux organisateurs de la course d’identifier et de confronter la spectatrice à la base de la chute. Une plainte initiale a été déposée par les responsables du Tour de France. 

Le motif était une mise en danger d’autrui par manquement délibéré à une obligation de prudence et de sécurité. Elle a été ensuite retirée par les organisateurs au vu de l’ampleur médiatique générée par l’affaire. Christian Prud’homme a expliqué que ce retrait avait pour objectif de limiter les tensions générées par cet événement. 

Il a rappelé également à tous que le Tour de France était avant tout une course festive impliquant des supporters sur les routes à chaque édition. Le patron de l’organisation de la grande boucle a tenu à responsabiliser chaque spectateur pour que ce type de scène ne se reproduise plus.

C’est finalement l’organisation internationale des cyclistes professionnels associés qui a poursuivi la jeune femme. Cette association dont le but est de défendre les intérêts des coureurs a estimé que les dégâts physiques dont ont été victimes le peloton ne pouvaient être occultés. 

Les accusations portées contre la spectatrice sont “mise en danger d’autrui “ et blessures involontaires. Le but de cette plainte comme le soulignent les membres de l’organisation est d’amener à plus de respect et de responsabilités de la part des spectateurs. 

Quel est le verdict prononcé par le Tribunal ?

Le 14 Octobre 2021 a eu lieu le procès de la spectatrice responsable de la chute du Tour de France. L’audience s’est tenue au tribunal correctionnel de Brest. La séance n’a pas été longue puisqu’elle a duré moins de deux heures. 

L’accusée a exprimé ses profonds regrets vis-à-vis de son acte et des conséquences qui en ont découlé. Elle est poursuivi pour blessures involontaires qui ont engendré une impossibilité de travail sur une période 

Au vu des plaintes à l’encontre de la spectatrice, une peine de prison maximale de 2 ans pouvait être envisagée. Une amende pouvant aller jusqu’à 15000 euros était aussi possible. Pour la défense de sa cliente, l’avocat Me Julien Bradmetz a évoqué la fragilité de la spectatrice. Cette dernière aurait été très affectée par l’ampleur prise par cet incident. 

Le président de l’organisation internationale des cyclistes professionnels associés a violemment dénoncé l’attitude dangereuse de la jeune femme. Il s’est notamment accentué sur les nombreuses blessures physiques et les abandons ayant découlé de cette imprudence. 

Il a ainsi mis en exergue l’impact de la jeune dame sur le déroulé normal de la course. Le coureur Marc Soler par exemple, un des prétendants au sacre final a dû lâcher prise avec trois fractures au bras. Plusieurs autres protagonistes à la victoire ont été diminués physiquement par cette violente chute. 

Toutefois, pour ne pas accabler la responsable des faits, il a exigé le paiement d’un euro symbolique. Cette demande vise à servir d’exemple et conscientiser chaque spectateur sur la prudence qui doit être de mise au bord des routes lors d’une course cycliste. 

La substitution au procureur a pour sa part requis une peine de quatre mois de prison avec sursis à l’encontre de l’accusée. Cette demande est survenue après avoir écouté les explications de la spectatrice concernant ses motivations et son intentionnalité. 

 

L’avocat de l’accusée pour sa part a demandé une sanction symbolique à l’endroit de sa cliente. La décision finale sera connue le 09 décembre 2021. 

La chute de la première étape du Tour de France 2021 a été l’un des incidents de course les plus médiatisés. En cause, une spectatrice ayant affiché dangereusement une pancarte avec un message destiné à ses grands-parents. Un comportement imprudent mais involontaire qui a entraîné la chute d’un bon nombre de coureurs avec des abandons pour certains. 

Si les organisateurs de la course n’ont pas voulu poursuivre la responsable, l’association des cyclistes professionnels a porté plainte. Une peine de quatre mois avec sursis est requise en attendant la délibération le 09 décembre. Les spectateurs doivent faire plus attention à l’avenir pour éviter la survenue de ce type d’accident. 

 

Lisez les articles de vélo de ce site pour plus de détails.

 

La vidéo de la chute :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.