Mali : Le Danemark va retirer ses troupes suite à une nouvelle demande de Bamako

Le Danemark a finalement décidé de retirer ses soldats du Mali. L’annonce a été faite dans l’après-midi de ce jeudi 27 janvier  par le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod. Cette décision prise par le Danemark intervient suite à une demande des autorités de transition malienne formulée lundi et renouvelée mercredi 26 janvier. Bamako déclarait ne pas donner son feu vert pour le déploiement des militaires danois intégrés à la force antiterroriste Takouba. « Le Danemark n’est pas le bienvenu au Mali. Nous ne l’acceptons pas et pour cette raison, nous avons décidé de rapatrier nos soldats », a affirmé le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod. Selon le chef de la diplomatie danoise, le message des autorités maliennes de la transition est clair: ”ne pas vouloir d’un plan rapide de retour à la démocratie”.

Bamako intransigeant sur sa décision

Ce mercredi 26 janvier, le ministre et porte-parole du gouvernement de transition, le colonel Abdoulaye Maïga a fait la lecture sur  la première chaîne nationale ORTM 1 du communiqué demandant à nouveau “avec insistance” et “immédiatement” à Copenhague de retirer ses forces spéciales déployées récemment au Mali sans avoir, selon la junte, le consentement des autorités. 

Mais le Danemark, la France et les pays européens engagés au sein du groupement de forces spéciales Takouba contestent ces déclarations de Bamako. << Nous sommes là à l’invitation du Mali. Les généraux putschistes – dans un jeu politique sale – ont retiré cette invitation […] parce qu’ils ne veulent pas d’un plan rapide de retour à la démocratie >>, s’est insurgé le ministre danois. 

Malgré ces déclarations occidentales, le Mali reste ferme sur sa décision. << Nous ne sommes pas encore au stade de l’incident diplomatique, ce sont peut-être des incompréhensions entre le gouvernement du Mali et le gouvernement du Danemark >> a déclaré le colonel Maïga ajoutant aussi que Bamako aurait été en droit de recevoir “des excuses des autorités danoises”. Il a évoqué la “très bonne réputation” du Danemark au Mali compte tenu de son action en faveur du développement. << Nous les invitons à faire attention à certains partenaires qui ont du mal malheureusement à se départir des réflexes coloniaux >>, a-t-il dit.

Le fossé s’agrandit entre Bamako et Paris

La junte malienne au pouvoir et les autorités françaises sont divisées sur le sujet. Juste après l’annonce du Danemark de retirer ses troupes, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a qualifié cette décision des autorités maliennes de “mesures irresponsables” d’une junte “illégitime” au pouvoir à Bamako. << Cette junte est illégitime et prend des mesures irresponsables […]. Elle porte l’entière responsabilité du retrait des forces danoises et s’isole davantage encore de ses partenaires internationaux”, a-t-il déclaré.

 

La ministre française des Armées a accusé la junte mardi dernier de multiplier “les provocations”. Aussitôt Bamako a répliqué. Le colonel Maïga a invité la ministre française des Armées, Florence Parly, << à plus de retenue et […] à respecter le principe élémentaire de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État >>. Cette décision du Mali inquiète la France. Elle craint que cet épisode danois remette en cause les futurs déploiements prévus cette année par la Norvège, la Hongrie, le Portugal, la Roumanie et la Lituanie. La Norvège, le Portugal et la Hongrie seraient dans l’attente du consentement de Bamako. Il faut rappeler que la force Takouba compte 14 pays et rassemble 600 à 900 personnes, dont des équipes médicales et logistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.