Quelle est la fortune estimée du rappeur Booba ?

De grands noms du rap français, il n’en manque pas, mais on ne saurait omettre le nom du Duc de Boulogne de cette liste. Entre autres, il s’agit de Booba, l’un des plus vieux rappeurs de sa génération qui continue toujours de faire parler de lui. Ceci à travers le rap, mais aussi en prenant par son passe-temps favori les clashs. À ce jour, on pourrait le classer comme un artiste à succès qui a pu amasser assez de richesse dans la musique. 

 

La richesse : Fortune de Booba 

Une des questions qui revient assez fréquemment est celle en rapport à la richesse de Booba. Il est tout à fait évident que la musique nourrit son homme, enfin si vous parvenez à vous y prendre comme le Duc de Boulogne. Entre musique et business, il est clair qu’on pourrait se faire une fortune assez conséquente. En réalité, Booba paraît très discret sur la question. Dans aucune interview, il n’a laissé transparaître aucune information à ce propos. De nombreuses investigations ont été menées à cet effet, mais sans succès. 

Ce n’est que récemment que la chaîne de télévision BFM s’est adonnée à l’exercice en livrant une petite estimation de la fortune de Booba. Cela a été possible dans le documentaire fait à son endroit « Booba, enquête sur un bad boy ». 

À ce qu’il paraît, on estime son pactole à une valeur variant entre 40 et 60 millions de dollars. Une hypothèse qui s’est vu réfuter par l’artiste dans un post sur les réseaux sociaux. En clair, nous n’en saurons pas plus. Profitons juste de la musique qu’il nous concocte au quotidien.  

Somme toute, Booba est un artiste très intéressant qui mérite toute l’attention du public. Il a su conquérir toute la France ainsi que d’autres contrées au-delà des limites de celle-ci. En 25 années de carrière, l’artiste est toujours en bonne position du classement des rappeurs les plus influents de sa génération. Protagoniste de nombreux clashs dont celui avec la fouine qui perdure depuis quelques années, il ne manque pas de toujours proposer des titres qui permettent à la jeune génération de profiter de son talent et de danser au rythme des sonorités proposées.

B2obeatrice

Booba est un chanteur-compositeur-producteur et un grand homme d’affaires. Encore appelés, B2obeatrice ou encore le Duc de Boulogne, le grand artiste d’origine sénégalaise est né le 9 décembre 1976 dans le département des Hauts-de-Seine dans la localité de Boulogne-Billancourt. 

Reconnu comme un chanteur de hip-hop et de rap français, l’individu compte parmi les artistes les plus connus de sa génération. De son vrai nom Élie Yaffa, il a une discographie dans laquelle on dénombre neuf albums et une multitude de collaborations.

Il commence sa carrière artistique en 1994 sous la bannière d’un label nommé le Beat 2 Boul et Time Bomb. Bien évidemment accompagné de ses amis tels que Hi-Fi, Ali et Oxmo Puccino, ils se lancèrent dans la musique. Quelques années plus tard, ils ont donné naissance au groupe Lunatic d’où nous vient le morceau « Le crime paie », inscrit sur la compilation musicale Cut Killer. Très tôt, son potentiel est remarqué et se confirme davantage à travers l’album Mauvais œil.

Très amoureux de son savoir-faire en la matière, le parcours artistique de Booba ne manque pas aux critiques et encore moins aux clashs qui sont monnaie courante dans le milieu. Tenu en estime dans le secteur musical, Booba a su s’imposer dans le milieu artistique. Toutefois, au-delà du rap, on lui reconnaît son caractère d’homme d’affaires d’exception. 

Cela s’explique à travers la commercialisation d’une marque de vêtements, de parfums, de whisky à son effigie. Il n’hésite pas aussi à investir en webradio d’où la création de OKLM Radio et TV. Un creuset par lequel il passe pour donner un coup de pouce à tous ces jeunes qui parviennent à se démarquer de la masse.  

Un cursus musical sans frein

Avant tout propos, il faut déjà qu’on vous fasse une petite clarification sur son nom de scène. Si Booba porte ce surnom aujourd’hui, c’est en hommage à l’un des membres de sa famille qu’il a pu connaître au cours d’un voyage dans son pays d’origine. Chose curieuse, il s’avère que celui-ci est un fan indéfectible de Bouba, le petit ourson. 

Pour Booba, c’est le début d’une longue et extraordinaire carrière. En effet, après avoir passé un petit moment à travailler sous l’égide de certains collectifs en compagnie de quelques amis, il s’engage dans une carrière solo. Ainsi, il débute avec plus de fougue en produisant sa toute première œuvre intitulée « Temps mort ». Celui-ci parvient au public grâce aux différentes communications, mais surtout parce que l’artiste a fait parler son génie à travers des morceaux inédits. Il s’agit entre autres, de « repose en paix » ou encore de « destinée ». Par la suite, l’album est certifié disque d’or en 2002. Dans sa quête du succès, le jeune rappeur ne manque pas d’ambition et crée son propre label sous le nom de Tallac Records. Trois ans se sont écoulés et il nous propose un nouvel opus nommé Panthéon dans lequel vous retrouverez des sons comme « Avant de partir » ou « Mon son ». Ce qui lui a valu à nouveau un disque d’or. Les choses s’enchaînent et en 2005 première mixtape de Booba titre « Autopsie Vol.1 ».

L’année qui a suivi, on en est à son troisième album appelé Ouest Side. Un album un peu plus axé sur sa personne, où on aura l’occasion de voir le grand artiste sur quelques featuring dont celui avec Akon ou encore Intouchable. Classé numéro 1 dès sa sortie, l’album a le vent en poupe. Il n’en fallait pas plus pour égayer davantage ses fans. De ce fait, en 2007, il sort le volume 2 de sa mixtape autopsie. 

À partir de ce moment, Booba a commencé à gravir des échelons dans le showbiz. C’était devenu du sans arrêt, il lâchait des titres presque tous les ans. La belle preuve en 2008 après la mixtape, il lâche plusieurs albums dont 0,9, qui s’ensuit de Lunatic en 2010 et de Futur en 2013. Il explose tous les records de vente jamais enregistrés pour un album de rap dans toute la France. 

C’est de cette façon que les gratifications aussi s’en suivent sur ses différentes réalisations entre 2014 et 2017. Un triple disque de platine pour les albums D.U.C, Nero Nemesis et Trône qui ont reçu un bon accueil auprès du public surtout à cause des différentes collaborations (Damso, Benash, Niska).

Une influence musicale au pluriel

La musique de Booba en est à son paroxysme seulement à cause des diverses influences musicales qui la constituent. Impacté par le hip-hop et le rap new-yorkais des années 1990, c’est à partir de ces différentes influences que Booba parvient à créer ses textes. Ces derniers diffusent des messages à caractère communautariste. Dans un flow musical qui balance entre celui de Bob Marley et de Jay-Z, il s’inspire de ses pères et nous propose des titres qui en ont marqué plus d’un. 

Toutefois, Booba n’oublie pas ses origines et clame haut et fort être de Bakel au Sénégal à qui il rend souvent hommage. Ceci se fait sentir dans l’album Trône sur les titres “Ça va aller” ou “A la folie”. Une appartenance qu’il atteste davantage dans DKR en faisant des allusions très précises à la culture sénégalaise. L’usage de la Kora pour la mélodie, de multiples mentions aux Lions de la Teranga. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *