Un examen accéléré pour la pilule anti-covid de Merck

Les dégâts occasionnés par la pandémie du Covid-19 dans le monde sont innombrables. Pour limiter la propagation du virus, plusieurs solutions ont été envisagées dont gestes barrières et les vaccins à but préventifs. Malheureusement, l’efficacité de ces différentes options laisse toujours à désirer. Le laboratoire américain Merck a mis au point un produit capable de réduire l’effet de la contamination du coronavirus au sein de la population. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la pilule de molnupiravir. 

Présentation de la pilule anti-covid

Merck est un laboratoire américain spécialisé en santé et en technologie. L’institut compte plusieurs travaux de recherche pour le traitement de diverses pathologies. La dernière en date est la pilule anti-covid : le molnupiravir.

Il s’agit d’une molécule fabriquée initialement pour soigner la grippe et l’hépatite C. La pilule anti-covid de Merck se présente sous la forme de gélules à prendre par voie orale. Un verre d’eau vous permettra d’insérer facilement le médicament. La dose journalière recommandée est de deux comprimés pendant une durée de cinq jours. 

Ce médicament à large spectre d’action est préférentiellement réservé aux patients porteurs du virus du Sars-cov 2. L’efficacité du Molnupiravir est mise en évidence chez les sujets infectés qui sont susceptibles de développer les formes graves de l’infection.

Pour attester de la qualité du médicament, un essai a été réalisé sur 775 patients atteints du Covid-19. Chacun d’eux présentait au minimum un facteur de risque de développer une forme grave de la maladie. On note malgré la prise du Molnupiravir une hospitalisation d’environ 7,3% des sujets contre 14 % pour ceux ayant bénéficié d’un placebo.

Mieux, aucun décès n’a été enregistré chez les patients traités avec le médicament du laboratoire Merck. Ces chiffres prometteurs ont également été enregistrés pour des essais cliniques auprès de furets. L’efficacité du Molnupiravir semble être bien une réalité. 

 Toutes ces données favorables au médicament s’expliquent par son mécanisme d’action. En effet, cette pilule anti-covid appartient à la famille des analogues nucléosidiques. Un analogue est un composé présentant des similitudes avec une autre molécule par exemple. 

Le Molnupiravir possède des propriétés semblables à la cytidine. Cette dernière est impliquée dans la réplication du coronavirus au sein de l’organisme. En se substituant à la cytidine, le médicament modifie la structure du génome viral. Les séquences créées sont donc invalides et bloquent la multiplication du virus.

Un examen accéléré du médicament en cours

 pilule anti-covid de Merck

L’Agence européenne des médicaments est l’organe chargé de réguler la mise sur le marché des remèdes de santé. Le contexte d’urgence de la pandémie associé aux nombreuses insuffisances relevées au niveau des vaccins ont motivé l’intervention de la structure.

L’Agence a homologué un examen accéléré du produit du laboratoire Merck. Ce protocole est mis en place généralement pour faciliter la mise sur le marché d’un remède prometteur en situation de crise sanitaire. Le contrôle vise à garantir que le Molnupiravir respecte les normes de fabrication européennes. 

L’examen accéléré permet notamment d’attester de la qualité du médicament. L’agence doit aussi s’assurer que le produit garantit la sécurité des patients qui l’utilisent. Une fois tous ces paramètres confirmés, l’autorisation de commercialisation du Molnupiravir peut rapidement être accordée au laboratoire. 

La pilule anti-covid ne vient pas remplacer les vaccins en place pour prévenir la maladie. C’est du moins ce qu’annoncent les experts à la base du remède. Le produit servira de complément au vaccin dans la stratégie de riposte contre la Covid-19. 

Des commandes du Molnupiravir déjà enregistrées

Les conclusions des essais cliniques de pilule anti-covid ont suscité l’intérêt de plusieurs pays. En attendant l’autorisation officielle de mise sur le marché du médicament, plusieurs commandes sont parvenues au laboratoire Merck. 

En tête d’affiche, ce sont les États-Unis qui ont été lourdement frappés par la pandémie. Les américains espèrent recevoir au plus tôt 1,7 millions de doses du molnupiravir. Pour bénéficier de la commande, une somme avoisinant 1,2 milliards de dollars a dû être décaissée. 

Ces chiffres traduisent le prix élevé du remède anti-covid. Une dose coûterait environ 700 dollars. Un sacrifice économique possible surtout pour les pays riches. Les États-Unis ne sont pas les seuls à avoir sollicité un stock de la pilule anti-covid. 

La France a récemment emboîté le pas aux USA en commandant 50.000 doses du remède du laboratoire Merck. Le ministre de la santé du pays a confirmé l’information tout en précisant que cette commande était destinée à 5000 patients. Les doses pourraient être disponibles pour la fin novembre ou le début du mois de décembre. 

Le laboratoire Merck envisage produire environ 10 millions de Molnupiravir d’ici la fin de l’année 2021. Pour contribuer à ces chiffres colossaux, la fondation Bill Gates compte apporter sa pierre à l’édifice. Le richissime homme d’affaires prévoit un investissement de 120 millions de dollars pour accompagner l’institut américain. 

Devant les ressources disponibles, nul doute que les demandes de la pilule anti-covid devraient augmenter dans les prochains jours. En attendant, le monde entier espère une homologation de l’Agence Européenne du Médicament pour la commercialisation officielle du produit. 

La pilule anti-covid du laboratoire Merck est peut-être le dernier élément qui manquait pour éradiquer définitivement la covid-19. Les premiers résultats du traitement semblent aller dans ce sens. Grâce à l’agence européenne de médicaments, le produit pourra être rapidement disponible sur le marché. Une lueur immense d’espoir pour les nombreuses personnes infectées par le virus. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *