Phenibut : Tout savoir sur ce produit

Phenibut
Rate this post

Le phénibut est un produit chimique similaire à une substance du cerveau appelée acide gamma-aminobutyrique (GABA). Il est utilisé à des fins récréatives et comme drogue dans certains pays tels que la Russie et certains pays d’Europe de l’Est. Son utilisation est d’ailleurs autorisée dans ces pays. Les gens l’utilisent pour traiter l’anxiété, les troubles liés à la consommation d’alcool, l’insomnie, la dépression, le stress et de nombreuses autres affections. Mais il n’existe pas encore suffisamment de preuves scientifiques solides pour justifier ces utilisations. Il pourrait être dangereux. 

Pour des raisons de sécurité, son utilisation dans les compléments alimentaires n’est pas autorisée aux États-Unis, en France et dans la plupart des pays européens. Aussi, il ne faudrait pas confondre le phénibut et le GABA. Ce ne sont pas les mêmes. Dans cet article vous apprendrez suffisamment sur le phénibut.

Qu’est-ce que le Phenibut ?

Le phénibut est un médicament anti-anxiété prescrit en Russie, que l’on trouve fréquemment sous les noms de marque : Anvifen, Fenibut, et Noofen. Selon le BMJ Case Reports, il est utilisé depuis les années 1960, pour traiter l’insomnie, la dépression, le bégaiement, les troubles vestibulaires, les battements cardiaques irréguliers et le syndrome de stress post-traumatique. 

Le phénibut est un agoniste du GABA-B et porte le nom d’acide B-phényl-y-aminobutyrique ou phényl-GABA. Il s’agit d’une forme synthétique du GABA, ou acide gamma aminobutyrique, l’un des neurotransmetteurs inhibiteurs du cerveau.

Le GABA a pour rôle de procurer une sensation de détente et de calme. L’on ressent moins d’anxiété et de nervosité dans certaines situations comme celles sociales. L’on peut également mieux contrôler ses sentiments et ses pensées. En ajustant correctement le traitement neuronal hyperactif, il peut être utile pour les personnes qui ont tendance à trop réfléchir et pour celles qui sont beaucoup trop conscientes d’elles-mêmes. Le phénibut peut également réduire la négativité et a des effets sédatifs.

Précautions particulières et mises en garde

Le phénibut est probablement dangereux. Pour l’instant, il est préférable de s’en méfier et d’être prudent. 

Lorsqu’il est pris par voie orale

– Le phénibut peut provoquer de nombreux effets secondaires, notamment une réduction de la conscience, des étourdissements, des nausées, un mauvais équilibre et de la fatigue. La prise de fortes doses peut entraîner des difficultés respiratoires, une perte de conscience et la mort.

– Le phénibut peut entraîner une dépendance. Les personnes qui utilisent le phénibut pendant 3 jours ou plus, puis arrêtent de le prendre, peuvent ressentir des symptômes de sevrage. Ces symptômes peuvent inclure une diminution de l’appétit, des nausées, des douleurs musculaires, une accélération du rythme cardiaque, de l’anxiété, de l’agitation, des troubles du sommeil et des convulsions.

Grossesse et allaitement

Il n’existe pas suffisamment d’informations fiables pour savoir si le phénibut peut être utilisé en toute sécurité pendant la grossesse ou l’allaitement. Évitez d’en prendre.

Quels sont les signes d’une dépendance au phénibut ?

Le rapport annuel 2013 de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies mentionne le phénibut parmi les 81 nouvelles substances psychoactives nécessitant une attention particulière. Sa présence dans cette liste justifie le risque de dépendance et les dangers inconnus liés à sa consommation. Parmi ces 81 substances psychoactives, plusieurs sont des alternatives légales ou non réglementées à des drogues contrôlées. 

Étiqueté comme un supplément, le phénibut n’avait jusqu’alors pas été suivi par les systèmes de surveillance des médicaments. Il est apparu sur les sites web des magasins d’aliments naturels et des magasins d’équipements de fitness. Les consommateurs croient souvent qu’il s’agit d’options saines et sans effets néfastes. Comme on peut le voir, ce n’est pas toujours le cas.

Comme les symptômes de sevrage peuvent être graves, les gens augmentent souvent leurs doses pour trouver un soulagement. Les symptômes peuvent commencer 3 à 4 heures après avoir consommé le médicament, comme le souligne une étude de cas de 2013. Si un proche prend plus de phénibut ou continue à en prendre plus longtemps que prévu, cela peut être un signe de dépendance.

Quels sont les signes de sevrage du phénibut ?

Les symptômes de sevrage peuvent durer jusqu’à deux semaines et comprennent les éléments suivants : anxiété, dépression, paranoïa, tremblements, hyperactivité/hyperkinésie, insomnie, agressivité/irritabilité, diminution de l’appétit, déficits cognitifs, diminution du seuil de la douleur, vertiges, fatigue, tension musculaire, nausées, hallucinations, etc.

Quels sont les signes d’une surdose et de dépendance au phénibut ?

Un surdosage peut être indiqué par une baisse de la température corporelle, une somnolence et une relaxation musculaire excessive. Les signes de dépendance au phénibut sont les suivants :

– Des étourdissements

– Tolérance qui s’installe rapidement

– Grognement ou manque de motivation

– Des changements d’humeur

– Vomissements et constipation

– Retard dans les obligations professionnelles ou familiales

Les personnes potentiellement dépendantes présentent également d’autres signes classiques. Il s’agit notamment de cacher leur consommation ou de la nier. Les utilisateurs peuvent être visiblement préoccupés par leur consommation de drogue ou même essayer d’arrêter, mais échouer, à plusieurs reprises. Ils pourraient consommer davantage de drogues pour chercher à soulager le manque. Avec le temps, ils pourraient prendre des doses encore plus élevées pour obtenir le même effet, ou même associer le phénibut à d’autres drogues dans des combinaisons dangereuses.

Thérapies pour la dépendance au phénibut

Plusieurs thérapies conventionnelles s’appliquent au traitement de la dépendance au phénibut. Un proche peut être aidé par les options de traitement suivantes :

– Traitement des troubles de santé mentale concomitants : Comme le phénibut est utilisé pour traiter la dépression, l’anxiété et d’autres problèmes, un trouble concomitant est une possibilité chez les personnes qui abusent de ce médicament. 

– Protocoles de désintoxication médicale : Le sevrage du phénibut peut être compliqué. On peut observer des troubles médicaux ou mentaux concomitants. Il est possible de procéder à une désintoxication médicale.

– Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Les pensées négatives peuvent influer sur la perception de la consommation de drogues. La TCC est utilisée pour aider les patients à comprendre leur façon de penser et de réagir aux situations stressantes.

Un traitement complet fait appel à la fois à la thérapie individuelle et à la thérapie de groupe. Dans de nombreux cas, des thérapies alternatives peuvent également être utilisées pour compléter l’approche thérapeutique globale. Tous les plans de traitement doivent être adaptés aux besoins spécifiques de chaque patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × 4 =