Tout savoir sur la maison traditionnelle japonaise

maison traditionnelle japonaise

La maison traditionnelle japonaise se distingue de celle occidentale sur plusieurs points. Ce sont des habitations insolites que vous prendrez beaucoup de plaisir à visiter. Si vous souhaitez en savoir davantage sur celles-ci, lisez cet article.

Architecture de la maison traditionnelle japonaise

La maison traditionnelle japonaise n’a pas de fenêtre ni de porte. Les pièces sont jointes entre elles et changent de fonction à loisir. L’architecture cède à l’espace une sensibilité qui habite dans la conception de vide orchestré hiérarchiquement du quotidien vers le sacré.

Flexibilité totale

Sachez que c’est l’objet qui décide de qui fait quoi et non la pièce. Les espaces sont ternes, de diverses tailles. Lorsque vous y mettez un coussin, il se transforme en salon et posez-y un futon puis il se change en chambre. Durant toute la journée, les mobiliers, moins nombreux, cabriolent au gré des besoins. Aussi, les panneaux de bois qui sont couverts de papier ne sont pas figés. Ils coulissent, sont échangés ou simplement abolis.

Des tatamis

Un rectangle d’environ 190 × 90 cm en fonction des régions est ce qui matérialise une personne allongée. C’est ce qui a donné naissance à l’unité de mesure nationale qu’est  le tatami. Ici, on ne parle pas de mètre carré, mais plutôt de pièce de six, huit, dix, douze… tatamis. On peut opter pour une installation parallèle ou dans les deux sens. Habituellement, le tatami se compose de couche de paille de riz accumulée et compactée puis couverte d’une paille tissée. C’est également une toile de fond pour l’atmosphère d’ombre et de lumière de ces habitations.

Constructions décollées du sol

S’abstraire sans s’amputer de la nature. La maison traditionnelle japonaise est relevée d’une hauteur de deux marches. En effet, c’est ainsi, car le vide résiduel permet la circulation de l’air et ravit l’habitation. Il y a deux poteaux centraux qui sont implantés dans le sol. Ceux-ci garantissent la solidité latérale de la bâtisse. Le reste du bâtiment est disposé sur de grosses pierres tout aisément. De ce fait, lorsqu’un tremblement de terre survient, la maison bouge, mais ne peut pas tomber.

La cour intérieure

Les maisons traditionnelles japonaises utilisaient des successions d’intérieurs et d’extérieur afin de pouvoir abstraire les espaces les uns des autres. Elles ont une entrer, une sortir puis une entrer à nouveau. La cour intérieur faite le plus souvent en terre battue limitait donc la partie publique de local privée. Cet espace variable est également l’opportunité de vivre avec les saisons. Que la pluie tombe ou que le soleil projette des rayons, les Japonais veulent toujours être connectés aux éléments météorologiques.

Le jardin

Le jardin japonais encore connu sous la dénomination de nihon teien  est une représentation de la nature à une échelle réduite. La composition a été travaillée afin de créer de nouveau le caractère vivant du monde. La douceur et la temporalité sont à l’origine du concept de la beauté zen. Pendant qu’en Europe, le paysage est envisagé à 360 °, au pays du sourire, la nécessité n’est pas absolue pour le pratiquer physiquement. La simple présence du jardin donne lieu à une contemplation sans fin. On se demande parfois si c’est la faute aux caprices de Dame nature qui épargne exceptionnellement l’archipel. Les Japonais intègrent habituellement des microcosmes dans leur habitation avec une distanciation normale et l’admirent sans limites.

Nature omniprésente

Il est très difficile de se couper du végétal, car il est intrinsèque au quotidien nippon. Il est vrai que les jardins intérieurs font partie de la vieille culture. Toutefois, ceux-ci ne restent pas moins une valeur primordiale aux yeux de la nouvelle génération. Maintenant que l’espace est en train de se rétrécir, les Japonais n’ont pas du tout l’intention de laisser ce lien à la nature. La nature s’introduit dans les intérieurs, semblable à des travaux vivants. Cela cède la place à la lenteur dans un univers en précipitation.

Éloge de la pénombre

La vision de l’ombre a été revue et la peur du noir et des fantômes ont été bannis au pays du soleil levant. Depuis ce moment, l’entre-deux qui laisse apercevoir sans vraiment voir est travaillé comme un art. Il n’est pas question de pièce sombre, mais plutôt d’une apologie de la variation, un clair-obscur d’une maîtrise très peu égalée. Tout est une histoire de dosage. L’architecte, qui s’est plongé la véritable tradition japonaise, s’est équipé de parois opaques, translucides, transparentes, striées et a correctement sculpté l’ombre mouvante.

 

Intérieur de la maison traditionnelle japonaise

Avant d’entrer dans un habitat traditionnel japonais, vous devez faire le genkan. C’est un hall où vous retirez de manière systématique vos chaussures avant d’aller plus loin. Il existe des pièces à vivre qui sont connues sous la dénomination de washitsu qu’on retrouve habituellement dans les maisons traditionnelles du Japon. Revêtues de tatami, elles sont limitées par des portes coulissantes en papier appelé shôji, ou par des portes opaques surnommées les fusuma.

On ne retrouve ni de table ni de chaise dans la pièce à vivre. Vous y verrez à la place un kotatsu, une table basse chauffante, et des zabuton. Ces derniers sont des coussins qu’on place tout autour afin de s’asseoir. Pour se reposer, on déplace la table basse pour déployer les futons, rangés dans des oshiire, des placards muraux à fermetures coulissantes.

Salle de bain et toilettes d’un habitat traditionnel japonais

Dans la maison traditionnelle japonaise, la salle de bains spécifique est façonnée de deux pièces. L’une d’entre elles offre la possibilité de se déshabiller et est munie d’un lavabo. La seconde réceptionne la baignoire ofuro. Généralement, les Japonais se douchent et se rincent hors de la baignoire. L’eau est revivifiée à une forte température avant chaque utilisation.

Les toilettes dans la maison traditionnelle japonaise sont toujours distinctes de la salle de bain, semblable à des toilettes turques inversées. Si on s’accroupit en faisant face au mur et non à la porte, le principe sera simplement similaire. Malgré que ces modèles soient restreints dans les habitations au Japon, ils demeurent très consumés dans les lieux publics.

Somme toute, la maison traditionnelle japonaise vaut la peine d’être connue, car elle est unique. Vous pouvez y faire un tour pour pouvoir mieux la découvrir.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Articles similaires